Arnaud Bizalion


Arnaud Bizalion

Zoom sur Arnaud Bizalion éditeur arlésien, formé à l’école des Beaux-arts  d’Aix-en-Provence puis de Marseille. Rencontre avec cet éditeur d’Art qui propose une ligne éditoriale résolument 13 et défend une édition de proximité.

ABPORTRAIT2.jpg

 

Bibliothèque départementale des Bouches-du-Rhône (BD13) : Arnaud Bizalion, comment êtes-vous devenu éditeur d’art?
Arnaud Bizalion (AB) : J’étais dans le flux…à 10/12 ans je prenais des cours de dessin, puis j’ai suivi les Beaux-Arts à Aix et à Marseille. Le monde de l’édition d’Art était dans la continuité à la fois de mes contacts, et de ma pratique artistique.

BD13 : Quelle est la substantifique moelle du métier, quel est le cœur du métier d’éditeur ?
AB : L’édition telle que je la conçois c’est justement avoir un coup de cœur et vouloir le transmettre.
Il faut une vraie entente entre l’éditeur et le porteur de projet – qu’il soit conservateur de musée ou artiste.
Aimer ne suffit pas, comprendre et être présent aux côtés du porteur de projet importe.
La proximité est essentielle ; l’histoire commune et la proximité géographique favorisent des liens forts décisifs dans l’élaboration d’un livre.

Plusieurs séances de travail avec l’artiste sont nécessaires. Cette construction commune créative  peut prendre du temps : tout est du détail mais chaque détail est important ; le mieux, c’est quand c’est rapide !

BD13 : Quelle est votre plus-value ?
AB : En 30 ans, l’édition d’art a fait un bond énorme et s’est professionnalisée.
Du catalogue de photos, on est passé au livre de photographies articulé éditorialement de manière intelligente.
Il faut aussi être très réactif dès le début du processus, les bases de données professionnelles demandant des titres de livres, des images, et des résumés.
Le capital humain que j’ai accumulé depuis 30 ans, d’abord avec Images en manœuvre puis depuis 4 ans avec la maison d’édition que j’ai créée,  est ma plus-value.

BD13 : Que vous apporte l’Aide à la création et à l’édition ?
AB : La diffusion des œuvres sous forme de livre accompagne bien souvent une exposition et met le pied à l’étrier de l’artiste.
Mais l’édition d’un livre d’art ou de photographie coûte cher. Sans les aides financières institutionnelles, la création éditoriale ne pourrait pas exister avec les critères de qualité exigés.
Travailler sur la réussite du projet, c’est aussi présenter des projets aboutis et sincères aux comités d’experts qui les évaluent. On est loin de l’amateurisme.

BD13 : Arnaud Bizalion avez-vous un message particulier à faire passer ? Que répondez-vous à ceux qui regardent le sud de haut ?
AB : Notre département est riche en auteurs et en sujets : les histoires humaines, sociales et patrimoniales ne manquent pas et croisent parfois l’Histoire.
Nous avons la chance d’avoir de nombreux créateurs en Provence et je suis persuadé que la proximité avec leur maison d’édition est un plus.

AB.JPG      

Les éditeurs du Sud ne sont pas des « provinciaux joueurs de pétanque », ce sont des professionnels qui font leur boulot à 100%.

BD13 : Arnaud Bizalion, un message particulier aux bibliothécaires du Département ?
AB : Ce sont les meilleurs relais, de véritables ambassadeurs du livre, j’espère qu’ils et elles aiment mon catalogue.

Pour en savoir plus www.arnaudbizalion.fr

En savoir plus sur le dispositif d'aide à la création et à l'édition

 

 Le nouveau catalogue de formation du 2nd semestre 2020 avec des reports mais aussi des nouveautés est en ligne ici

 

 

Logo du site Culture13.fr